Header Rachad

Communiqué concernant la propagande du régime algérien sur la Libye

Le quotiden Echorouk a publié le 19 avril 2011, un article intitulé « L'opposition libyenne transformée en un outil entre les mains des services de renseignement français et marocains», qui condamne la plainte déposée par le Conseil de Transition en Libye auprès de la Ligue arabe au sujet du soutien du régime algérien au régime de Kadhafi et à ses sbires. Le corps de ce torchis d'intox allègue par ailleurs que «les émissaires du mouvement Rachad à Benghazi sont derrière la campagne de diffamation de l'Algérie. »

En réponse à cette escalade propagandiste, le mouvement Rachad apporte les précisions suivantes:

1. Il est du droit, et même du devoir, de Rachad de suivre tous les développements liés à la sécurité et l'avenir de l'Algérie, car Rachad considère que le régime algérien actuel ne jouit pas de la légitimité nécessaire pour défendre les intérêts supérieurs de l'Algérie ;

2. Rachad suit avec intérêt les développements dans le monde arabe, et en Afrique du Nord en particulier, et exprime sa satisfaction et sa fierté vis-à-vis du mouvement historique de changement que mènent les peuples frères du monde arabe pour se libérer des régimes despotiques et corrompus;

3. Notre mouvement soutient le droit des peuples à l'autodétermination et condamne toute politique répressive visant à les priver de ce droit ;

4. Rachad suit attentivement les évènements en Libye et sympathise avec la souffrance du peuple libyen causée par les actes criminels des sbires de Kadhafi ;

5. Notre mouvement condamne l'opportunisme des gouvernements occidentaux et rejette toute intervention étrangère en Libye. Il appelle la résistance libyenne à la prudence pour déjouer les visées des puissances occidentales (Etats-Unis et Europe) pour s'approprier les ressources du peuple libyen et sa décision politique, sous quelque prétexte que ce soit;

6. Rachad a déjà publié un communiqué, le 25 février 2011, dénonçant le soutien complice du régime algérien aux actes criminels du régime de Kadhafi qu'il considère son allié naturel sur les plans militaire, politique et diplomatique. Ces actes de complicité à des crimes d'Etat ont été corroborés par plusieurs sources d'information, diplomatiques et sécuritaires. Les démentis de la diplomatie algérienne, rodée pendant plus d'une décennie à occulter les crimes contre l'humanité commis chez nous par la tyrannie au pouvoir, ne peuvent se prévaloir d'une quelconque crédibilité;

7. Notre mouvement considère que celui qui a terni, et qui continue de ternir, l'image de l'Algérie est le régime tyrannique qui a noyé le pays dans le sang et la corruption, et qui a hypothéqué la souveraineté de l'Algérie par ses alliances avec les ennemis de la nation et par son hébergement de bases militaires étrangères sur notre propre sol;

8. Rachad déplore le mercenariat de certains médias algériens devenus les porte-voix des parrains autoproclamés de «l'image de l'Algérie » alors que s'accumulent les preuves sur leur trahison à la patrie. Notre mouvement ne ménagera aucun effort pour les démasquer ainsi que pour contribuer au changement radical qui mettra un terme à ceux qui violent les droits et détruisent les espoirs de notre peuple.

Secrétariat de Rachad

19 avril 2011

Documents