Header Rachad

Le pouvoir algérien use de tous les moyens pour faire avorter les révolutions tunisienne et libyenne

Nous avons appris avec tristesse et colère que le pouvoir algérien envoie des éléments armés pour participer aux crimes commis contre nos frères en Libye qui se soulèvent contre le régime sanguinaire et corrompu de Kadhafi. Ces éléments ont été identifiés à l'ouest de la Libye, notamment dans la ville de Zaouia oû certains éléments algériens armés ont été arrêtés, comme l'ont indiqué aux médias des témoins oculaires.

Nous avons aussi reçu des informations concordantes de plusieurs sources fiables indiquant que la machine diplomatique algérienne, sous la direction de Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, œuvre de toutes ses forces pour convaincre les partenaires occidentaux du pouvoir algérien et exercer des pressions sur eux afin de continuer à soutenir Kadhafi et son régime. Dans ce cadre et au niveau européen, Amar Bendjama, ambassadeur auprès du Royaume de Belgique et du Grand Duché du Luxembourg, chef de mission près des Communautés européennes et représentant auprès de l'OTAN, et Belkacem Belgaid, ministre conseiller chargé des affaires politiques bilatérales avec l'UE et l'OTAN, s'activent dans une large et intense campagne de lobbying auprès des institutions, des diplomates et des fonctionnaires européens, en vue de les convaincre de soutenir Mouammar Kadhafi et de donner une chance à son fils Saïf, car, prétendent-ils, il n'y aurait d'autre alternative en Libye que « le chaos et l'obscurantisme islamiste ». Il est à noter que cette action diplomatique coïncide avec la publication d'un communiqué de ladite « Alqaida au Maghreb Islamique » s'adressant au peuple libyen et indiquant que : « Nous venons vous défendre contre les despotes » ; cette déclaration, elle-même, est à mettre en perspective avec la dernière intervention de Mouammar Kadhafi prétendant que ce sont les adeptes de Binladen qui sont derrière le chaos et la subversion en Libye. Nous sommes d'ailleurs habitués en Algérie à ce genre de communiqués issus des officines du DRS.

D'autres sources ont indiqué que des avions algériens ont participé au transport de mercenaires africains vers la Libye, et c'est exactement ce qu'a fait le pouvoir algérien il y a quelques années en Somalie, en transportant des mercenaires et des soldats africains pour se battre aux côtés du gouvernement contre ses adversaires de la résistance armée.

Par ailleurs, des sources bien informées ont révélé que le pouvoir algérien a envoyé des éléments des moukhabarate qui travaillent en ce moment sur le territoire tunisien, et a accueilli en Algérie un grand nombre d'agents du président déchu Benali, notamment des membres de la garde républicaine. C'est le colonel Djamel Bouzghaia, officier du DRS et conseiller à la sécurité de Bouteflika, qui gère le dossier tunisien, sous la direction du général-major Rachid Laalali, alias Attafi, chef du renseignement extérieur.

Il est clair que le pouvoir algérien, qui tremble en constatant la chute de ses alliés dans la région, l'un après l'autre, est en train de mettre en œuvre des plans pour réorganiser les forces de répression déchues, dans le but de porter des coups aux révolutions populaires notamment en Tunisie et en Libye.

Le mouvement Rachad condamne avec fermeté ces pratiques infâmes auxquelles se livre le pouvoir algérien ébranlé, contre nos frères en Tunisie et en Libye, et tient tout agent de l'Etat algérien, qu'il appartienne aux forces armées ou au corps diplomatique, de personnellement responsable. Rachad ne manquera pas d'effort, aujourd'hui et à l'avenir, pour le traduire devant une juridiction indépendante nationale ou internationale. Rachad appelle les fonctionnaires algériens civils et militaires à refuser tout ordre d'exécuter une « sale mission » ou de perpétrer des actes criminels contre nos frères de la région.

Mouvement Rachad
25 février 2011

Documents