Communiqués

Communiqué: La démission de Bouteflika

Le Mouvement Rachad a pris connaissance de la démission de M. Abdelaziz Bouteflika et sa notification ce soir du président du Conseil constitutionnel de sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de Président de la République. A cette occasion, Rachad félicite le peuple algérien pour cette première victoire de son soulèvement béni qui dure depuis le 22 février 2019, ainsi que pour l’unité, la discipline qu’il a montré et le caractère civilisé de son action.

Par ailleurs, Rachad se félicite de la déclaration du ministère de la Défense nationale, publiée ce soir, dans laquelle le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’armée nationale populaire, affirmait qu’il se tiendrait « avec le peuple et à ses côtés pour le meilleur et pour le pire », pour faire face à « une bande qui a fait de la fraude, la malversation et la duplicité sa vocation ».

Le peuple algérien, qui se félicite du départ d’Abdelaziz Bouteflika et d’une partie de la bande qui usurpait le pouvoir, considère que les compositions actuelles des institutions de la République comme le Gouvernement, l’Assemblée populaire nationale, le Conseil de la nation et le conseil constitutionnel ne sont que les restes de la bande et il n’accepte en aucun cas qu’ils aient un quelconque rôle dans la gestion de la période de transition lui permettant de concrétiser son projet national.

Le mouvement Rachad estime que l’étape que traverse l’Algérie aujourd’hui nécessite la mise en œuvre de la feuille de route suivante :

  • La destitution du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée populaire nationale, du Conseil de la nation et du Conseil constitutionnel ;
  • La mise en place d’une « Présidence collégiale » civile composée de personnalités nationales dignes de confiance et s’engageant à ne pas rester au pouvoir à la fin de la transition, avec la participation d’un représentant de l’Armée nationale populaire ;
  • La mise en place d’un « Gouvernement de salut national » nommé par la présidence collégiale, chargé de gérer les affaires courantes de l’Etat ;
  • Un débat national inclusif qui définira les modalités pratiques d’une révision constitutionnelle ainsi que l’organisation d’élections à l’issue de la phase de transition.

Le peuple, source de tout pouvoir, a le premier et le dernier mot concernant le processus de transition démocratique. Il ne délèguera personne à sa place, et examinera de près les positions qui seront prises par toutes les parties concernées.

Rachad appelle l’Armée nationale populaire à continuer à assurer sa mission constitutionnelle et à se tenir derrière le peuple dans son exigence pour l’édification d’un Etat de droit et de bonne gouvernance.

Rachad exhorte aussi le peuple algérien pour qu’il poursuive son soulèvement pacifique et continue de sortir dans les rues et les places publiques jusqu’à ce que les objectifs du soulèvement soient pleinement réalisés.

Secrétariat du mouvement Rachad
2 avril 2019